Tribune : Quels transports pour l'Eurométropole nord ?

A l’entrée sud de Schiltigheim, un nouveau quartier, comprenant des centaines de nouveaux logements, deux crèches, deux résidences seniors, une salle de sports, une école, est à l’étude : comment ces habitants effectueront-ils leurs déplacements, notamment vers Strasbourg ou les communes de la seconde couronne? Les lignes de bus 4 et 6, aujourd’hui déjà fortement sollicitées, pourront-elles répondre durablement à la demande ? Ne sommes-nous pas dans une zone de pertinence pour le tram ? Plus largement, l’amélioration du réseau bus au nord de l’agglomération doit-elle attendre la concrétisation d’un transport en site propre vers Vendenheim ?

Le conseil de CUS du 12 juillet 2013 a rendu une délibération favorable à la réalisation d’une ligne de tram « fer » en direction de Vendenheim via Schiltigheim jusqu’à la cité des Ecrivains à Bischheim, au droit de la rue de Périgueux, dans un premier temps. La mise en chantier de cette nouvelle ligne devait s’opérer fin 2014 : force est de constater que l’année 2015 est engagée et que rien n’a bougé concernant ce projet.

L’appel à projets « transports collectifs et mobilité durable », lancé par le gouvernement, a retenu en décembre dernier trois projets sur l’agglomération strasbourgeoise : parmi eux figure la création d’une nouvelle ligne de tram vers Schiltigheim et le nord, avec une subvention allouée à hauteur de 10 % du coût du projet. Cependant, compte tenu de contraintes budgétaires croissantes, l'Eurométropole se dit à présent amenée à faire un choix et le projet de tram vers Koenigshoffen, lui aussi très attendu est, selon elle, techniquement le plus avancé.

Les travaux devront avoir été engagés avant le 31 décembre 2017. Par démarrage des travaux, il est entendu que 25 % du montant total de chaque projet devront avoir été juridiquement engagés. Au-delà de cette date, si rien n’est engagé, la subvention serait perdue.

Aujourd’hui, il existe deux freins majeurs à la réalisation du tram vers le nord : le premier est financier, des contraintes budgétaires croissantes étant avancées ; le second est dû aux positions des maires du nord de l'agglomération, Schiltigheim, Bischheim, Hoenheim et Souffelweyersheim, peu favorables à la création d’une ligne de tram « fer » vers le nord.

A ce jour, aucun texte ne vient remettre en cause la délibération du 12 juillet 2013. Toutefois le projet de tram-train Strasbourg - Bruche - Piémont des Vosges peut faire jurisprudence, puisque, voté, il n’a jamais fait l’objet d’un abandon officiel.

ASTUS reste donc mobilisée pour que se réalise la ligne de tram reliant le centre-ville au nord de l’agglomération et reste vigilante, notamment sur la modification programmée du plan d’occupation des sols de Schiltigheim qui prévoit, entre autres, la création d’un barreau routier est-ouest. Ce nouvel axe reliant la rue du Général-de-Gaulle aux rues Perle et Louis-Pasteur ne ferait que rajouter de la circulation sur des axes aujourd’hui déjà fortement sollicités et pollués, notamment en heures de pointe. Qu’en est-il des mesures destinées à favoriser l’usage des mobilités douces, piétons, cyclistes et transports en commun ?

De nombreux logements, commerces et services sont prévus sur le site France Télécom et la friche Fischer. Quelles vont être les mesures, en dehors de celles favorisant l’automobile, pour favoriser la mobilité de ces nouveaux habitants ? Pour les déplacements vers le centre-ville et la gare centrale, le projet de tram « fer » vers le nord et la promotion des déplacements doux ne doivent-ils pas façonner et accompagner le développement urbain ?

C’est pourquoi, ASTUS reste toujours et encore favorable à la réalisation de cette nouvelle ligne de tram vers le nord et déterminée à la voir mise en œuvre rapidement, mais elle souhaite, dans l’intérêt bien compris des usagers, que des mesures anticipatives soient prises, au plus vite, sur le réseau de bus, en attendant la réalisation concrète du tram.

Afin d’améliorer les déplacements vers le nord de l’agglomération, ASTUS propose :

1) La réalisation d’une ligne radiale

A partir de l’arrêt Desaix à Souffelweyersheim, ASTUS propose de rediriger la ligne de bus 6 vers le pôle d’échange multimodal de la gare de Vendenheim, en cours d’aménagement, en restant sur la route de Brumath, via notamment la zone commerciale nord, et ce en attendant la réalisation d’un transport en site propre sur cet axe. Un cadencement régulier peut être mis en place pour éviter le surencombrement actuel des bus à certaines heures et des mesures doivent être prises, peu coûteuses, pour améliorer leur vitesse commerciale (couloirs réservés aux bus sur certains tronçons, priorité de type tram aux feux de signalisation).

2) La création de trois lignes de rocades :

- une nouvelle ligne 60 entre le lycée Kléber et l’Espace Européen de l’Entreprise, qui reprendrait une partie de l’itinéraire sud de l’actuelle ligne 50 et desservirait notamment l’hôpital CMCO, la mairie de Schiltigheim, la salle du Brassin, la gare de Bischheim-Schiltigheim, le cœur du quartier des Ecrivains, la salle des fêtes et la piscine. La double branche terminale du 50 disparaîtrait, pour plus de clarté et de régularité, la ligne 50 rejoignant le seul quartier du Marais.

- une nouvelle ligne 80 reliant l’Espace Européen de l’Entreprise et la zone d’activité de Bischheim-Hoenheim en cours d’extension via la commune de Niederhausbergen jusqu’à la ZAC des Maréchaux (reprise de la branche de l’actuelle ligne 6a), puis la commune de Souffelweyersheim, le pôle d’échange d’Hoenheim Gare (reprise de l’actuelle ligne 6 depuis Desaix), jusqu’à la Ballastière de Bischheim et le quartier Champfleury de Hoenheim.

- une nouvelle ligne 90 reliant Hoenheim à Lampertheim via les communes de Reichstett et de Mundolsheim - ce qui limiterait l’actuelle ligne 4 à Hoenheim Gare, assurant une meilleure régularité - et reprenant la branche de la ligne 71 en direction de Lampertheim.

Ces trois lignes pourraient être exploitées, à l’instar d’autres villes de France, par des « midibus » à gabarit réduit (8 à 11 mètres), pouvant transporter entre 50 et 90 passagers.

En complément, s’agissant du pôle d’échange multimodal de Vendenheim, il y a lieu d’exploiter au mieux la performance du réseau TER Alsace en maintenant l’offre actuelle cadencée à la demi-heure vers Strasbourg et Haguenau et en la développant, sur les périodes de pointe, par la remise en place d’arrêts, à Vendenheim, des trains omnibus Saverne - Strasbourg.

Ces actions permettraient un accès au centre métropolitain hyper performant, mais offriraient également aux usagers du nord de l’Alsace (TER en provenance de Saverne, Haguenau, Wissembourg et Niederbronn) la possibilité de descendre à Vendenheim et de poursuivre en empruntant le bus 6, grâce à des horaires en correspondance, drainant ainsi une grande partie du secteur nord de l’Eurométropole.

Parallèlement, la mise en place du ticket unique, depuis longtemps demandé par ASTUS, est enfin à l’étude. Pouvoir utiliser, avec les titres du réseau urbain, indifféremment bus/tram de la CTS, cars du Réseau 67 et trains du TER dans l’Eurométropole est indispensable.

La mise en œuvre, dans de brefs délais, de l’ensemble de ces propositions contribuera à améliorer rapidement les déplacements dans le nord de l’Eurométropole, entre les villes de la première et de la seconde couronne et vers le centre métropolitain, avant l’arrivée d’un indispensable tram nord à venir. Elle amènera une diminution du nombre des automobilistes autosolistes et désengorgera le réseau autoroutier, évitant de se lancer dans un coûteux GCO devenu encore plus inutile.

 

>>> Carte des propositions

>>> L'article de 20minutes du 3 mai 2015 

>>> La tribune dans les DNA du 17 mai 2015

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.